Fonctionnement de l’AED



Avant de fixer le DAE, l’opérateur doit d’abord déterminer s’il existe des situations spéciales qui contre-indiquent l’utilisation du DAE ou nécessitent des actions supplémentaires avant son utilisation.

Situations spéciales pouvant nécessiter des actions supplémentaires

Lors de la préparation de l’utilisation du DAE, l’opérateur doit identifier 4 circonstances possibles (situations spéciales) qui peuvent obliger les sauveteurs à modifier leurs actions avant ou pendant l’utilisation du DAE. Ces situations incluent les victimes dans l’eau, celles de <8 ans ou <25 kg, celles avec des patchs transdermiques de médicaments et celles avec des stimulateurs cardiaques implantés ou des DCI. Les surfaces métalliques ne sont pas incluses en tant que circonstance spéciale car elles ne présentent aucun risque de choc pour la victime ou le sauveteur.

Eau

L’eau est un bon conducteur d’électricité et peut fournir un chemin pour l’énergie du DAE aux sauveteurs et aux passants qui traitent la victime. Il y a une petite possibilité que les sauveteurs ou les passants puissent recevoir des chocs ou des brûlures mineures s’ils se trouvent dans une telle voie. L’eau sur la peau de la poitrine peut également fournir un chemin d’énergie direct d’un électrode à l’autre (arc) et peut diminuer l’efficacité du choc délivré au cœur. Il est essentiel de retirer rapidement la victime de l’eau autonome et de sécher la poitrine de la victime avant d’utiliser le DAE. Si la victime a une blessure de plongée ou une autre blessure possible à la colonne vertébrale, il faut prendre soin de maintenir l’immobilisation du rachis cervical pendant le déplacement de la victime et la réanimation.

Les enfants

L’arrêt cardiaque est moins fréquent chez les enfants que chez les adultes, et ses causes sont plus diverses. 129 130 131 132 Environ 50% des arrêts cardiaques pédiatriques surviennent chez des enfants de <1 an. 129 La plupart d’entre elles sont causées par le syndrome de mort subite du nourrisson et les maladies respiratoires. 129 130 131 132 Au-delà des 6 premiers mois de vie, les blessures et la noyade sont les principales causes d’arrêt cardiaque. 129 130 131 132 Le rythme terminal le plus courant observé chez les patients de ≤ 17 ans est l’asystolie ou l’activité électrique sans pouls. 129 131 132 133 134 135 136137 Lorsque des rythmes d’arrêt cardiaque pédiatrique sont signalés, les estimations de la FV varient de 7% à 15%. 129 131 133 134 135 138 Dans certaines études,patients pédiatriques avec VF qui reçoivent défibrillation sur les lieux ont un taux de réanimation initiale et sont plus susceptibles d’être sorti de l’hôpital avecbons résultats neurologiques que chezenfants qui présentent des rythmes non-VF . 131 133

L’expérience des DEA chez les enfants est très limitée. La sensibilité et la spécificité pour les enfants de l’algorithme AED nécessitent un complément d’étude. Les données suggèrent que les DEA peuvent détecter avec précision la FV chez les enfants de tous âges (sensibilité), 139 140 141, mais les données sur la capacité des DEA à identifier correctement les rythmes tachycardiques non choquables chez les nourrissons (spécificité) sont insuffisantes. 141 Bien que les données disponibles soient encourageantes, davantage de données dans des populations pédiatriques plus importantes sont nécessaires pour définir la sensibilité et la spécificité de l’algorithme AED.

D’autres études sont également nécessaires pour déterminer les doses d’énergie AED qui sont sûrs et efficaces pour les enfants. Chez l’adulte, des rapports cliniques sur l’utilisation de DEA à forme d’onde biphasique ont décrit des doses d’énergie aussi faibles que 120 J, avec des taux de réussite égaux à des chocs monophasiques de 200 J pour l’arrêt de la FV; moins de dysfonction myocardique post-réanimation a été observée après des chocs de faible énergie. 122 142 143 Les DEA actuellement disponibles délivrent des doses d’énergie qui dépassent la dose monophasique recommandée de 2 à 4 J / kg chez la plupart des enfants de moins de 8 ans. Le poids médian des enfants de plus de 8 ans est généralement> 25 kg; par conséquent, le premierla dose d’un DEA monophasique ou biphasique (150 à 200 J) sera <10 J / kg pour ce groupe d’âge. Les données animales suggèrent qu’il peut s’agir d’une dose sûre, bien que les données pédiatriques humaines soient extrêmement limitées. 144 À ce stade, une tentative de défibrillation de la FV / TV sans pouls détectée par un DEA peut être envisagée chez les enfants plus âgés (≥ 8 ans, environ> 25 kg de poids corporel), en particulier en milieu hospitalier. Un poids de 25 kg correspond à une longueur de corps d’environ 50 pouces (128 cm) à l’aide d’un ruban à code couleur Broselow. 144A

En résumé, bien que la FV ne soit pas une arythmie courante chez les enfants, elle est observée dans pas moins de 15% des arrestations pédiatriques et adolescentes. 129 131 133 134 135 135 137 Chez ces patients, une défibrillation rapide peut améliorer les résultats. 131 133 138 Des études multicentriques ou contrôlées de la sensibilité et de la spécificité de l’algorithme AED sont nécessaires, ainsi qu’une définition plus claire des doses d’énergie appropriées pour les enfants de tous âges et de toutes tailles.

Pour ces raisons, l’utilisation de DEA chez les enfants ≥ 8 ans (environ> 25 kg de poids corporel) est une recommandation de classe IIb. L’utilisation de DEA chez les nourrissons et les enfants de moins de 8 ans n’est pas recommandée, principalement en raison du manque de données concernant la sensibilité, la spécificité, la sécurité et l’efficacité (classe indéterminée). Les fournisseurs de soins de santé qui prennent régulièrement en charge des enfants à risque d’arythmie et d’arrêt cardiaque (par exemple, en milieu hospitalier) devraient continuer à utiliser des défibrillateurs capables d’un ajustement énergétique approprié. Pour les nourrissons et les enfants de moins de 8 ans en arrêt cardiaque, les priorités initiales continuent d’être le soutien des voies respiratoires, l’oxygénation et la ventilation.